Le Forum Carnivore

Le Forum Carnivore

Soutenez-nous

Aidez-nous à garder le Site et le Forum carnivore sans publicité.

 

 

Fiches Culture : Drosera paradoxa

 
 
 
Drosera paradoxa
 
 
 

 

 

 

 

MILIEU DE VIE

 

 

Drosera paradoxa se développe dans le nord de l’Australie.

Drosera paradoxa

 

 

 

DESCRIPTION

 

Plante à pièges collants, possédant des feuilles érigées d’une dizaine de centimètres. La partie collante est en forme de disques situés à l’extrémité des feuilles.
Les fleurs sont blanches à rosées.
Cette espèce fait partie du groupe des Drosera du complexe petiolaris qui comprend entre autres D. petiolaris, D. falconeri, D. lanata, D. fulva.

 

 

 

MODE DE CULTURE

 

 

Drosera paradoxa

Drosera paradoxa est une plante tropicale qui nécessite chaleur et humidité, idéale pour une culture en terrarium.

 

Température : Cette plante apprécie la chaleur et doit être cultivée entre 20 et 40°C toute l’année.

Humidité : Importante, entre 70 et 90%.

Arrosage : Ne pas utiliser d’eau du robinet ainsi que toute eau minérale. Des eaux pauvres sont indispensables comme l'eau de pluie, l'eau osmosée ou l'eau déminéralisée (sans additif, non parfumée).
Comme les autres Drosera du complexe petiolaris, dans le milieu naturel, Drosera paradoxa, possède deux périodes de croissance distinctes :
- Période humide : c’est la période de croissance. Maintenir la plante dans une soucoupe remplie d’1 à 2 cm d’eau.
- Période sèche : c’est la phase de repos, les feuilles sont plus petites, resserrées au centre. Espacer les arrosages, la plante doit être maintenue tout juste humide voire un peu sèche.
Cependant, Drosera paradoxa est le plus tolérant des Drosera du complexe petiolaris et il est possible de maintenir cette espèce toute l’année dans un fond d’eau, sans vraiment respecter de période de repos.

Substrat : Très drainant, par exemple, 50% de tourbe blonde, 30% de sable et 20% de perlite.

Lumière : Très forte luminosité.

Multiplication : Drosera paradoxa n’est pas une plante qui se multiplie très facilement.
La méthode la plus simple reste la division lorsque la plante produit naturellement des rejets.